« Voyager seule : aller au bout de son rêve | Accueil | Sur le vif : de la visite de l'Île de la Réunion »

23/09/2009

Une Québécoise à New York : croquer la Grosse Pomme à pleines dents

 

 

On aime toujours avoir les impressions et les tuyaux de nos compatriotes qui connaissent les régions que nous souhaitons visiter. C'est pourquoi je recueille chaque semaine les témoignages de Québécois exilés qui nous présentent leur coin de pays d'adoption.

New York vu par Vivianne Lapointe

C'est une histoire d'amour qui a amené Vivianne Lapointe à s'installer à New York. Trois ans plus tard, sa passion pour la Grosse Pomme ne s'est pas émoussée. Après avoir collaboré à différentes publications québécoises comme journaliste pigiste, elle a décidé de plonger tête première dans la grande aventure newyorkaise. 

Son quartier : « Je viens de changer d’appart ! C’est la cinquième fois que je déménage depuis mon arrivée. Après un an sur la rue Elizabeth dans Nolita, je viens de m’installer dans le West Village. Toujours à Manhattan. C’est un studio plutôt mignon et très ensoleillé. J’y vis seule en sous-location. Je suis au 5e étage, avec vue sur l'Empire State Building. C’est ici que je travaille la plupart du temps, donc pas question d’avoir un coloc. J’ai passé l’âge de toute façon... et j’ai trop de bagages ! ;-) »

 

Vivianne en bonne compagnie pendant la «Fleet Week» (Photo: collection personnelle de Vivianne)

Pourquoi vivre à New York
: « Pour être complètement honnête, j’avais envie de voyager et de vivre à l’étranger dès le début de ma vingtaine, mais je me voyais à Paris, Tokyo ou Barcelone. J’ai commencé à faire l’aller-retour entre Montréal et New York en 2006. J’étais entre deux contrats de pigiste et je suis tombée follement amoureuse. Trois mois de passion et me voilà qui débarque sans itinéraire, innocente à souhait, dans un logement semi-crado au beau milieu de Harlem. Croyez-le ou non, j’ai tout de suite A-D-O-R-É! J’avais besoin d’un défi . »

Son parcours newyorkais : « J’ai travaillé pendant un an comme assistante-rédactrice dans un journal sur l’industrie des cosmétiques. C’est à cette époque que j’ai rencontré la peintre Corno, avec qui je me suis liée d'amitié. On a rapidement commencé à travailler ensemble sur une panoplie de projets et de voyages. À Montréal, j’avais déjà développé une expertise en rédaction de stratégie Web et en production de contenu. Depuis le boom des réseaux sociaux, je travaille principalement comme blogueuse et ambassadrice réseaux sociaux pour différentes compagnies canadiennes et américaines.

Ses observations : « "If I can make it there, I’ll make it anywhere, it’s up to you…" chante Sinatra. Tout le monde vient à New York avec un rêve en tête, une mission à accomplir. Résultat : c’est une ville super compétitive. Je suis chanceuse, parce que j’ai reçu beaucoup d’aide d’autres Québécois qui vivent ici depuis plusieurs années. Je suis entourée de bons amis et collègues qui m’ont toujours soutenue dans mes démarches. »

Hudson Park (Photo: Vivianne Lapointe)

Rester ou pas : « New York = travail ! Les employeurs avec qui je fais présentement affaires ont besoin de moi sur place. Je me remets parfois en question. Ce serait plus logique de vivre au Québec (ou même en Californie, lol) si je souhaite éventuellement fonder une famille, m’acheter une maison, etc, des projets quasi-impossibles ici à moins de devenir millionnaire en l’espace de deux ans. Quoiqu’il en soit, il très difficile de se détacher du rythme de New York et de faire le deuil de tout ce que la ville a à offrir. »

 

Bond Street Sushi (Photo: Vivianne Lapointe)

Ses incontournables :
« La marche (ou la ballade en rollerblade) à travers Battery Park et Hudson River en fin d'après-midi, le Nouvel An Chinois, la première semaine de décembre avec les lumières du temps des Fêtes, le spicy tuna roll de Bond Street Sushi, Neue Gallery / Café Sabarsky dans le Upper East Side pour la collection permanente d'art autrichien, le bar du Jane Hotel, le tout nouveau Highline Park, qui vient de donner un nouveau souffle au Meatpacking District, le burger de Minetta Tavern dans Greenwich Village, les cocktails du Rivington Hotel, sirotés sur le toit... »

 Une boîte de nuit où sortir : « The Box, 1, Oak Avenue. »

Ce qu'elle aime le plus : « L'ÉNERGIE ! »

Ce qu'elle aime moins : « Les rats dans le métro… les gens qui me volent mon  taxis sans aucun scrupule.  »

Ce qui l'agace : « Que les gens croient que c’est une ville dangereuse. En fait, c’est vraiment une grande ville, mais malgré le chaos, je m’y suis toujours sentie en sécurité. »

Vue du toit du Rivington Hotel. (Photo: Vivianne Lapointe)

Voyager à New York :
« On se fait des amis très facilement à New York, il ne faut donc pas hésiter à venir seul(e). En famille, c’est bien pour prendre des grandes marches et voir les attractions touristiques principales comme Times Square, la Statue de la Liberté, Central Park, l'Empire State Building, Flatiron… Le Chinatown est immense et à ne pas manquer, tout comme la Petite Italie et ses cafés. À voir aussi : Upper East Side et les musées : le Met, le Guggenheim, le MoMA... des must ! Les taxis sont beaucoup moins chers qu’à Montréal, mais ils conduisent comme des fous ! Le métro n’est pas du tout dangereux et c’est le moyen le plus rapide d’aller d'un point A à un point B. Toutes les cartes de la ville sont dotées d'un plan du métro. À noter qu’il y a toujours un express et un local, donc il faut faire attention pour prendre le bon. »

Son « pitch de vente » : « Impossible de s’ennuyer ! On en a plein la vue à longueur de journée et de la nuit. On trouve ici le meilleur magasinage, le meilleur people watching, les meilleures promenades... »

Ses tuyaux :  « Conduisez jusqu’à Burlington, garez-y votre auto et prenez le vol local Jet Blue de BVT à JFK. Oubliez l’hôtel dans le New Jersey. Vaut mieux payer un peu plus cher et prendre l’hôtel sur Manhattan. Le $100 que vous sauvez là, vous le dépenserez en taxi. N’allez pas non plus débarquer au milieu de Times Square. Il y a plein de superbes hôtels boutique relativement abordables au centre-ville. L'Hôtel Chelsea, par exemple, a des chambres à moins de 200 $. Évitez les longs weekends en haute saison ou les fêtes à part à la fin Mai pour Fleet Week! ;-) Et apportez des sneakers!!! »

Son blogue personnel : www.lipstickdoodles.com. Elle est aussi sur Facebook, Twitter et YouTube. On peut également la lire sur les sites The Luxury Spot, Cirque du Soleil, Functionalab, GURU, Jackassworld, Sid Lee, AKA Gallery et Justin Timberlake.

***

Pour plus d'information, consultez I love New York. À voir également: une galerie photos des grands classiques de la Grosse Pomme!

 Marie-Julie Gagnon

TrackBack

Commentaires

Flux You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

publicité

Marie-Julie GagnonMarie-Julie Gagnon

Sorte de créature hybride à mi-chemin entre Minifée et Carrie Bradshaw, Marie-Julie Gagnon aime autant parcourir la planète sac au dos qu’avec sa valise à roulettes. Aujourd’hui journaliste, reporter, chroniqueuse, auteure et bloggeuse, elle n’arrive toujours pas à choisir le chapeau qu’elle préfère.


EN VIDÉO

novembre 2013
dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30